Réseauter, c’est avoir du piston ?

ID-100191881Il est vrai qu’il y a quelques années, on entendait parler de « piston », alors que désormais on dit plutôt « il connait du monde ».

Réseauter, ce n’est pas avoir du piston car « avoir du piston », c’est obtenir un avantage par recommandation, via un appui.
Or le réseautage ne signifie pas obtenir de suite une compensation.

« Avoir du piston » est une expression française qui n’a pas de traduction réelle en langue anglaise si ce n’est « have many connections ». Or, « le piston » est une aide, un raccourci qui permet d’avoir un travail ou un avantage qui aurait nécessité plus d’implication à d’autres personnes pour l’obtenir. « Le piston », c’est quand quelqu’un arrive à un poste sans qu’il y ait eu une réelle concurrence entre les postulants.

Dans les pays nordiques, cette « aide » est mal vu alors qu’en Amérique du Sud, cela est courant.
Cependant, cette pratique a son revers car si une personne est recrutée par relations et qu’au final, elle ne fait pas l’affaire, le « pistonneur » jouira d’une mauvaise image.

Réseauter, c’est se faire connaître comme ayant des compétences qui peuvent servir à une personne directement, où à une connaissance de cette personne, indirectement.

Ainsi, si on pourrait croire que « le piston » est chose courante par ces temps morose de l’économie, c’est tout le contraire. En effet, comme indiqué plus haut, les entreprises n’ont pas ( plus ? ) le temps de former une personne incompétente et elles préfèrent souvent laisser un recrutement ne pas se réaliser plutôt que de « prendre » une personne qui ne fera pas l’affaire.

Réseauter, c'est ... partager !

Olivier Jadzinski

un peu de bio pr remplir le truc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire plus :
Découvrez le Business Club Café, le nouvel espace de rencontre

Comme je ne le cesse de le répéter, pour réussir il faut souvent rencontrer les bonnes personnes. Cela passe bien

Fermer